• Fleabag •

Les tribulations d’une trentenaire

Une trentenaire un peu larguée à la fois dans ses relations personnelles et professionnelles, voilà qui pourrait bien parler à notre génération Y. Et c’est la série Fleabag qui exploite le sujet. Sortie cet été dans un – quasi – silence médiatique, Fleabag est une série anglaise au format court (6 X 25 minutes) qui ne passera certainement pas inaperçue lors des futures récompenses de séries télévisées.

Je ne suis pas spécialement une grande fan des comédies, excepté lorsqu’il s’agit d’humour british. Fleabag rejoint la catégorie et constitue une dramédie intelligente et désopilante, qui se dévore très facilement. Ce qui la rend surprenante? Son mordant, son point de vue féminin, sa façon de parler de sexe (masturbation, rapport anal) ou de relations humaines (famille, ex-copain, amitié, plan-cul) de manière absolument crue. Et puis le don qu’elle a de nous faire basculer constamment entre fou rire et inquiétude rongeante.

fleabag

Fleabag

Fleabag, du nom de la protagoniste – traduit par sac à puce ou pouilleuse  – est une série écrite par Phoebe Waller-Bridge qui raconte la vie et les situations absurdes d’une trentenaire cynique, qui possède un appétit sexuel débordant mais qui est surtout en pleine détresse. Car oui, derrière son humour, on se rend compte assez rapidement qu’elle occulte un événement profondément dramatique.

Paumée?

Un peu certainement, mais pas démesurément. Les personnages qui l’entourent semblent aussi perdu qu’elle, exprimant leur mal-être chacun à leur manière. Ainsi on retrouve une belle-mère/marraine archi-garce, magnifiquement interprétée par Olivia Colman (vue dans Brodachurch); une grande soeur « parfaite » selon le schéma classique mais enfermée dans une vie trop rangée et déjà désespérément plongée dans l’abattement ; Un ex-copain trop amoureux, mais trop ennuyeux qui semble pourtant être le remède parfait anti-solitude; un père qui a perdu toute autorité voire masculinité, et j’en passe.

fleabag1

La compassion

Assez vite, on se prend d’affection pour la maladresse et le côté très « nature » de Fleabag et on a souvent cette impression de partager son intimé, d’être sa complice. D’autant plus que Fleabag se complaît à briser le quatrième mur (à la manière de Franck Underwood dans House of Cards US) avec des apartés face caméra qui rythment des épisodes rigolos et parfois cruciaux de sa vie.

Une série inattendue qui vaut le coup d’oeil et qui démontre le talent de Phoebe Waller-Bridge, un sacré brin de femme à suivre, sans aucun doute!

En savoir plus

La série, diffusée pour la première fois en juillet 2016 sur BBC 3, a été créée à la base par Phoebe, comme One-Woman-Show lors du célèbre Fringe Festival d’Edimbourg.

Vous avez aimé la série? Bonne nouvelle, une saison 2 est prévue!

Pour ce qui est de l’actualité de Phoebe Waller-Bridge, elle vient d’être approchée par BBC America qui lui a commandé l’écriture d’un drame policier. J’ai hâte de voir le résultat!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s